L’Empire des Steppes


Pendant des siècles, les Aldsanites se sont résumés à des tribus nomades vivant de l’élevage des chevaux et de la chasse à l’aigle. Ces tribus étaient dirigées par des aristocraties guerrières et étaient très nombreuses. Bien qu’ayant de grandes similitudes entre elles, les différentes tribus n’étaient que très rarement alliées et quand cela arrivait ce n’était jamais pour bien longtemps. Les tribus qui se déplaçaient le long des frontières des steppes pillaient régulièrement les royaumes voisins emportant le blé et l’eau et laissant derrière elles le feu et le sang. Une seule doctrine guidait les Aldsanites : “si tu convoites le bien d’autrui, obtiens-le par la force”. Les royaumes voisins n’hésitaient pas à attiser la désunion qui régnait sur les steppes, car les tribus étaient nombreuses, fortes chacune de plusieurs centaines à des milliers d’hommes et les rares fois où bon nombre d’entre elles s’était unies, certains royaumes avait été rayés de l’histoire sous les pas des Aldsanites.

Un jour naquit, un Enfant Dieu, cet enfant n’avait pas de Khuvi Zaaya, c’est-à-dire qu’il avait été impossible de prévoir sa mort. Glorifié par sa tribu, il la dirigea dès sa plus tendre enfance. En grandissant Abadaï, car tel était son nom, vivait dans l’opulence. Au cours de la chasse hivernale, il annonça aux autres tribus qu’il les unifierait. De la haine et des insultes lui parvinrent, nul chef de tribu ne souhaitait perdre son pouvoir et son autorité sur les siens.

Alors, il partit pour la cité des dieux. Personne ne le vit pendant deux cycles. Mais lorsqu’il revint, il était totalement métamorphosé, se dressait maintenant non plus un enfant, mais un guerrier puissant. Son épée fendait les cieux ! Sa main déplaçait des montagnes et sa voix se faisant entendre sur des lieues à la ronde !

Il fit le tour des steppes ralliant peu à peu les tribus à sa cause. Leur apportant richesse et gloire au combat. Enfin, il décida que les Aldsans devaient se sédentariser. Il réinvestit une cité en ruine au milieu des steppes et décida d’en faire sa capitale, Zhongdu. Il leur révéla un texte que les Dieux lui avaient donné, le Khuuli, qui fondait les lois aldsanites.

Quand il estima que son œuvre était complète, il partit rejoindre les dieux laissant son fils, Kubilaï, à la tête des tribus aldsans. Désireux de continuer l’œuvre de son père, mais d’étendre l’Empire naissant, il fit se déverser les hordes aldsanes sur les territoires alentours. Agrandissant ainsi considérablement l’Empire, et annihilant de l’Histoire des nations tel que la Pandorica.

Kubilaï mourut et Ögödei Xiongnu lui succéda. Son règne connut les soulèvements de la noblesse assoiffée de sang et d’or. Il lança alors la conquête de la Knêdée, calmant ainsi les chefs de guerre. Puis son fils, très marqué par les soulèvements de son peuple, centralisé le pouvoir et créa l’Empire tel qui est encore aujourd’hui. L’histoire et les empereurs s’enchaînèrent jusqu’à la perte de la Nouvelle Knêdée autrefois conquise par Ögödei Xiongnu, un puissant tremblement de terre affaiblit leur pouvoir sur ce territoire et la population se souleva prenant son indépendance à la fois de l’Empire Aldsan et de l’Empire Knêdéene. Ces siècles d’histoire nous amènent à l’Empire de nos jours fier et puissant héritier d’un passé nomade et de guerres.

La Horde


La Horde aldsanite est composée de onze osts déployés dans chaque province. Elle est certainement l’une des armées les plus puissantes d’Assia, comptant plus de 200 000 guerriers. Le Commissaire de la Province doit entretenir financièrement l’Ost afin qu’il soit efficace en tout temps. Chaque ost de province ne peut recruter que 10 000 hommes contrairement aux 100 000 pour la Province Impériale.

Chaque homme peut s’engager dans un ost. Après des tests physiques et une visite par un médecin, il est envoyé à la capitale pendant cinq ans afin d’être entraîné. À l’issue, il est affecté à un ost avant d’être muté systématiquement tous les cinq ans dans un autre ost. Tous les hommes quels que soient leurs rangs doivent intégrer les ost comme soldat de base avant de monter dans la hiérarchie au mérite. Les grades de l’armée sont simples : soldat, sergent, lieutenant, commandant et général.

Tous les hivers, les Ost se rassemblent afin d’effectuer trois semaines de manœuvre sous les yeux de l’Empereur et de sa cour. Cela permet de renforcer la cohésion des osts, pour l’Empereur de voir où en sont ses osts. À l’issue, l’Empereur peut récompenser ou punir les Commissaires de Provinces.

Le Destin


Les Nï’enamas sont des prêtres et des prêtresses qui ont la faculté de lire les lignes du destin. Leur but est de lire la lignée de chaque nouveau-né aldsanite. Ainsi, ils prophétisent la mort de l’enfant. Certaines peuvent être très précises alors que d’autres sont très vagues et métaphoriques. Elles sont baptisées : Khuvi Zayaa. Pour lire le destin, ils ont recours à un obscur et ancien rituel de sang. Les Nï’enamas sont très respectés, aucun Aldsanite ne leur refuserait le gîte et le couvert de peur d’invoquer leur courroux et de voir se briser sa Khuvi Zayaa.

La loi du Khuuli


Le Khuuli a été donné par les dieux à l’Empereur Dieu Abadaï. Il affirme les principes du nouvel État aldsanite et en codifie les structures. Considéré comme d’essence divine, le Khuuli jette aussi les bases d’un droit Aldsanite, à la fois international, civil, commercial et pénal. D’un point de vue pénal, le Khuuli, d’une grande sévérité, prévoit la peine de mort pour presque tous les délits : indiscipline, meurtre, vol, banqueroute, adultère, manquement aux coutumes, etc. ; ainsi que le déshonneur de la lignée fermant ainsi les portes des Steppes Éternelles.

Eglise et Tolérance


Les Aldsanites n’entendent pas imposer leur foi. Comme le défini le Khuuli, la tolérance religieuse est une obligation sur tout le territoire aldsanite. Chacun est libre de professer sa foi. Aucune discrimination de nature religieuse n’est mise en œuvre dans le recrutement des serviteurs de l’empire.

Il existe une religion majoritaire sur le territoire impérial. La religion historique des Aldsanites: les Enfants de Dahada. Il existe d’autres religions, qui ne sont que des variantes plus ou moins importantes de cette dernière, dû à l’intégration de nombreuses régions et peuples de cultures différentes. En parallèle, il existe de nombreux cultes et croyances. Bien que l’empire ait banni tous les anciens cultes sanguinaires qui étaient usuels avant l’unification des tribus. Certains perdurent dans les campagnes ainsi que dans la haute noblesse. L’empire finance les Enfants de Dahada de peur de voir les Khuvi Zayaa de la cour impériale être brisés. Ainsi les hauts représentants des Enfants de Dahada vivent dans une grande opulence.

Les Enfants de Dahada


Elle est aussi appelée Église Aldsanite et elle est composée de nombreuses processions et de rituels complexes. C’est une religion regorgeant d’une multitude de Dieux. De nombreux dieux possèdent deux faces, l’une bienfaitrice, l’autre punitive. Bien que vivant à Erdene Zuu, il arrive régulièrement aux Dieux de s’incarner dans des avatars pour marcher au près des mortels. Il existe neuf Dieux principaux.

 Les Steppes Éternelles sont le lieu où vont les âmes des défunts qui ont une vie honorable. Alors que la Braise est l’enfer de ceux par qui leurs actions ont été déshonorées. Ils croient que toute action déshonorante peut damner toute leur lignée, bannissant ainsi leurs ancêtres des Steppes Éternelles et les plongeant dans la Braise. De plus, cela ferme les portes des Steppes Éternelles à leurs descendants. Cependant, quand un déshonoré ou l’un de ses descendants arrive à racheter le déshonneur, les portes des Steppes s’ouvrent de nouveau pour toute sa lignée. Ainsi, il existe trois castes dans la société aldsanite :

  • Yallagdaad : ce sont les damnés, eux ou leurs ancêtres, ont déshonoré leur lignée. Ils doivent racheter les erreurs faites pour ré-ouvrir les portes des Steppes Éternelles aux esprits de leurs lignées.
  • Sankt : Lignée des Saints, ce sont des Aldsanite dont l’honneur est pur. Ils n’ont jamais eu de Yallagdaad dans leur lignée. Les Sankt sont très rare, bien entendu les membres de la famille impériale sont des Sankt. Les Sankt sont généralement des membres des Enfants des Dahada vivant dans des monastères et priant les dieux pour le bien de l’Empire.
  • Sakhisan : Ce sont les Aldsanites qui ont eu des Yallagdaad dans leur lignée.

Les processions de l’Église Aldsanite sont des successions d’actions sacrés et très précises guidées par une forte superstition. Les cérémonies sont très riches, les prêtres et aux autres pratiquants portent les plus belles étoffes de soie, les plus belles parures d’or et de jade, un spectacle magnifique pour le quidam. Les Enfants de Dahada possèdent de nombreux temples et monastères partout dans l’empire. Les temples vont de des plus modestes constructions dans les campagnes jusqu’au temples monumentaux et richement décorés de la capitale.

L’Empire et ses dix Provinces


L’Empire Aldsan est une monarchie dirigée par l’Empereur Menggu chaque province fonctionne de manière autonome dirigée par un Commissaire de Province chargé d’administrer la province au nom de l’Empire. Chaque Commissaire doit venir faire un rapport annuel lors du Zang Obei, grande festivité annuelle pour faire un point sur la situation de chacune des dix provinces de l’Empire et réaffirmer l’autorité impériale. Si un fonctionnaire déçoit l’empereur, il est torturé à mort devant les Commissaires.

Rangs sociaux


Il faut distinguer quatre classes sociales majeures dans l’Empire Aldsan. Première l’Empereur et sa famille gouvernant de manière omnipotente l’Empire. Ensuite viens les fonctionnaires occupant les postes administratifs nécessaires au fonctionnement quotidien de l’Empire. C’est un statut privilégié et honorable car un Fonctionnaire est choisi sur son mérite et non ses compétences.  Ensuite vient la Cour Impériale, constituée de fonctionnaires et des familles des Commissaires aux Provinces. Elle fait tout pour s’attirer les faveurs de la famille Impériale n’hésitant pas à comploter et faire courir des rumeurs sur les autres membres de la cour dans le but de s’avantager. Vient ensuite les Eunuques à la base Gardiens du Harem Impérial ils sont désormais les hommes de l’ombre de l’Empire effectuant les missions sensibles requérant discrétion et professionnalisme. Entre leurs missions ils vivent dans l’opulence et le luxe sous la protection du pouvoir.

La Justice Aldsane


La peine de mort est courante dans l’Empire et punit la plupart des crimes et délit. Elle n’est pas appliquée de manière systématique et est la sanction est laissée à l’appréciation du juge. Il existe également des camps de travaux forcés pour les criminels Aldsanites.

La Mode


La tenue impériale populaire aldsane est constituée du deel, d’un chapeau, de bottes, et d’accessoires.  Le deel est une sorte de grand manteau qui se croise sur le devant pour s’attacher sur le côté et sur l’épaule grâce à des boutons. Les boutons traditionnels sont des noeuds ronds faits avec une cordelette, mais ils sont parfois remplacés par des boutons d’une autre matière. Le deel est porté aussi bien par les hommes que par les femmes, les femmes privilégiant des matières plus soyeuses et colorées : bleu, vert, rose… Le tissu est souvent rehaussé de motifs géométriques traditionnels. Il existe des deels d’hiver, doublés de fourrure, particulièrement chauds. Les pans croisés du manteau sur le ventre et la poitrine, soutenus par la ceinture, forment une sorte de grande poche. La ceinture qui est portée sur le deel est habituellement faite d’une longue bande de tissu enroulée plusieurs fois autour de la taille. Pour les hommes, sa longueur est de 3 ou 5 mètres (un nombre impair) alors que pour les femmes est fait 2 ou 4 mètres (un nombre pair). Les hommes la choisissent en général de couleur jaune ou orange, les femmes de couleur jaune ou verte, mais toutes les fantaisies sont permises. En période de fête, cette ceinture de tissu est remplacée par une ceinture de cuir avec une grosse boucle en argent très travaillée. Le chapeau traditionnel peut être fait de fourrure, de soie, de feutre ou autres en fonction des différentes formes.

Cependant, les fonctionnaires et membres de l’administration impériale porte une toute autre tenue : le hanfu. es caractéristiques principales du Hanfu sont le col croisé et le rabat du tissu côté droit.Il comporte souvent une ceinture à la taille. Généralement, le Hanfu se divise en deux grandes catégories : la version grand public, que l’on porte tous les jours pendant le travail et la vie quotidienne, généralement très sobres, et celle que l’on porte pour des occasions plus spéciales. Ces derniers sont colorés et richement décorés. 

Les osts de l’Empire Aldsan sont composés d’une majorité de cavalier, héritage de leur passé nomade ils se trouvent parmi les plus réputés d’Assia. Leur équipement se compose généralement d’amures légères et mobiles, ils préféreront les armures en cuir, les armures lamellaires aux armures en plate.

L’Économie de l’Empire


L’Empire Aldsan a mis en place avec Nordunfëlt une route de la soie qui représente la principale source de revenu de l’Empire notamment avec le commerce de jade et de soie. Les caravanes sont protégées jusqu’à la frontière de l’Empire par les soldats avant d’être prises en charge par la Guilde des Marchands.

De nombreux artisans réputés travaillent au sein de l’Empire notamment pour l’orfèvrerie et le tissages d’étoffes précieuses. Toutefois, la métallurgie n’est que grossière et purement utilitaires. De nombreux artisans viennent donc offrir leurs services à l’Empire Aldsan où ils sont richement payés.

De part son territoire étendu de nombreuses terres agricoles sont cultivées et les greniers de l’Empire sont remplis de riz cultivés par les Aldsan grâce à une agriculture à la pointe de la technologie. Le peuple Aldsan chasse également beaucoup, héritage de son passé nomade mais pêche peu car cela est assez mal vu par les habitants de l’intérieur des terres.