Informations Générales


60 joueurs et 50 pnjs
A partir de 16 ans pour les PJ
Tout âge pour les PNJs (nous contacter pour les enfants)

PAF PJ : 90 euros
PAF PNJ : 45 euros

Lieu : Le Domaine du Denais, 53290 Saint-Denis-d’Anjou

Date de début : 24 juillet 2020 à 18h00
Date de fin : 26 juillet 2020 à 15h00

Arrivée sur site PJ : 24 juillet 2020 à partir de 10h00
Arrivée sur site PNJ : à partir du 23 juillet 2020 15h00

Restauration : repas inclus (vendredi soir, samedi midi, samedi soir et dimanche midi), petits déjeuner (samedi matin et dimanche matin). Possibilité d’avoir des repas Végétalien/Végétarien.
Couchage : Camping (tentes RP/Camouflées obligatoires pour les PJs).

Synopsis

Prophétie de la lune rouge

Quand dans le ciel, la lune éclaire le voyageur, réchauffe de ses pâles rayons la froideur des nuits Nordunes, alors sois en paix car elle est l’oeil de Hrothgar qui depuis son palais en Skjöldungar, veille sur Assia et ses peuples. 

Quand dans le ciel, la lune se tache de sang, mets-toi à l’abri voyageur, craint le feu qui embrase et le chaos qui détruit car Ragnarök s’est éveillé et est venu tout dévorer. 

Quand dans le ciel, la lune s’embrase, tiens-toi prêt combattant, car si sur la lune enflammée, tu y vois une ombre, c’est que le Ragnarök revient.

Tiens-toi près Nordunfëlt, combats valeureusement et fièrement car bientôt sera venu pour toi le temps de rejoindre Hrothgar et ses enfants au palais du Skjöldungar. 

Seuls les plus valeureux pourront en passer la porte. Il te faudra combattre honorablement et valeureusement car Ragnarök amène avec lui mille sombres démons et sa magie destructrice. 

Quand la lune devient rouge, la fin commence à peine. 

Si je dois tomber, ce sera avec honneur, si je dois vaincre, ce sera avec honneur.
L’honneur est notre richesse, l’honneur est notre devoir, l’honneur est notre récompense.

Tous les cors de Nordunfëlt sonnent, alors que le soleil disparaît.
Une pluie du sang, des guerriers du Skjöldungar, du ciel tombe.
Nul neige blanche ne subsiste, seul le rouge du sang perdure. 
La terre sombre dans l’océan, les luisantes étoiles se meurent.

Les corbeaux croassent, le présage de la chute s’annonçant
Une fois retentie la luisante et vieille corne du trépas,
Aucun corbeau ne survivra, annonçant dans leur chute, celle de Nordunfëlt.

Les impies, dans la mort, rejetés des dieux,
Dans une longue marche lugubre se relèvent
Et du coeurs des purs, se nourrissent.

Les frères bataillent entre-eux jusqu’à une fin sanglante,
Et les fils de leurs sœurs souilleront leur honneur.
Le malheur sera sur Assia avec plus de gratuité.

Les portes du Skjöldungar s’ouvrant, élus et dieux se lancent dans la bataille
Les héros se relèveront, de leur bouclier, ils feront un rempart,
De leur coeur meurtri une force.

D’une main lugubre tendu, les démons arriveront.
Dans le sombre château, l’horreur se répandra par ses sombres chemins.
D’une fumée écarlate, les âmes brûleront.

Et quand l’espoir renaîtra, les norduns luttant avec Delter et Thorvald.
Le ciel s’embrasera d’un feu éternel, les étoiles tomberont, le soleil disparaîtra
Et des entrailles de la terre, le Feu des Dieux renaîtra
Et dans un souffle, annihilera le monde d’Assia.

Cela fait maintenant deux semaines que la Lune Rouge a déchiré le ciel. Jamais je n’aurais imaginé observer ces événements de mes yeux. Jamais aucun Nordun n’aurait pu l’imaginer. Au départ, nous refusions d’y croire, même lorsqu’avec d’autres boucliers de la Guilde, nous dûmes nous mettre en route pour la forteresse de Perce-Ciel qui protège la passe du Coupe-Vent. C’est sur cette terre de légende que Ragnarök, le Feu des Dieux, fut terrassé par Delter, le plus glorieux de tous les Norduns, à l’aide d’Adelring, sa lame purificatrice. Il le paya de sa vie, lui et l’armée de fiers guerriers qui se battaient à ses côtés. Pourtant, malgré ce sacrifice, nous, Norduns, savons qu’un jour le Feu des Dieux renaîtra de ses cendres pour engloutir le monde dans le chaos et la désolation. Sa venue serait précédée de signes annonciateurs dont le premier était l’apparition de la Lune de Sang.

Malgré cela, nous refusions toujours d’y croire. Mais les signes ont commencé à se multiplier. Nous vîmes les champs et les routes jonchés de corbeaux morts. Dans les villages que nous traversions, les braves gens cédaient à la panique et se tuaient à la moindre occasion. Voisin contre voisin, frère contre frère. Le cœur serré, nous les vîmes sombrer peu à peu dans le déshonneur. Nous marchâmes ainsi des jours durant. Nous nous reposions que peu, ne pouvant fermer l’oeil face à l’ampleur des épreuves à venir. Après une dizaine de jours, nous distinguâmes enfin les contreforts de la passe du Coupe-Vent et les rempart de sa forteresse Perce-Ciel, notre destination.

Aujourd’hui, par cette nuit froide et obscure, posté sur les remparts de la forteresse, mes yeux se posent sur le Cairn du héros Delter. Son esprit, lui, a franchi les portes de Skjöldungar et festoie au banquet de Hrothgar avec tous les Héros depuis lors. 

Mais le festin touche à sa fin. Héros et Dieux, vont se lever et brandir les armes pour l’ultime baroud d’honneur.

Détournant le regard du Cairn pour observer le bas de la muraille, je regarde les centaines de lueurs macabres. Chaque nuit, nous entendons gratter et geindre au bas des murs de la forteresse les Impies mort-vivants, marqué du sceau d’Ingolf. Chaque nuit, nous les voyons s’amasser, toujours plus nombreux. Chaque nuit, nous sentons leur agressivité croissante. Leurs yeux vides nous observent avec une rage glaciale pouvant faire frissonner le plus fier des Norduns. Leurs assauts se font de plus en plus répétés, de plus en plus sauvages. Bientôt, la porte ne sera plus suffisante pour les retenir et ils pourront se déverser sur Nordunfëlt. 

Que ferons-nous alors ? Nous nous battrons. Car c’est le destin des Norduns face à l’anéantissement !

Nos alliés ont également répondu à l’appel. Les fiers vétérans de la brigade du Midland joignent leur acier au nôtre, tout en lorgnant d’un oeil méfiant nos runistes. Nos voisins Aldsanites et Knêdéens s’évitent autant que possible, mais la diplomatie et les intrigues sont volontiers laissées de côté lorsqu’ils se battent pour leur vie.

Nous entrons désormais dans le temps de l’épée et de la hache, du sang écarlate et de l’ignominie. Nous pouvons presque sentir les flammes abominables du Feu des Dieux lécher nos âmes. Mais malgré les nombreuses blessures qui parsèment mon corps. Malgré le sang qui coule de mes plaies, je tiendrai … NOUS tiendrons ! Et si nous devons rendre notre dernier souffle, ce ne sera que lorsque les portes du Skjöldungar s’ouvriront ! Alors nous tomberons les genoux au sol, le sourire aux lèvres car Héros et Dieux, dans un hurlement de rage, s’élanceront dans la bataille.

Mais les portes du Skjöldungar restent silencieuses et closes… Tous les signes sont là et pourtant… Où sont nos Héros ? Où sont nos Dieux ? Les portes de Skjöldungar restent closes.

Sommes-nous seuls face à la destruction du monde ?

Ingar Lunacier, Capitaine du Bouclier des Marches-Morts.

L’Univers


Les peuples en jeu


Empire Aldsan

Nordunfëlt

Nouvelle Knêdée